ATTENTION ! NE PERDEZ PAS VOTRE BUDGET DIF, UTILISEZ-LE AVANT 2020 ! Contactez-nous

Pétition : « L’Afdas, j’y tiens ! »

L'Afdas j'y tiens

Pétition : « L’Afdas, j’y tiens ! »

L’AFDAS est menacée : une pétition lancée, et déjà plus de 9 730 signatures.

C’est le nom de la pétition lancée vendredi dernier (le 8/06/2018) dans le cadre du projet de loi gouvernemental « pour choisir son avenir professionnel ». Cette pétition demande directement  à Muriel Pénicaud, ministre du Travail, de « préserver l'Afdas et les mécanismes de formation construits depuis 45 ans », « condition essentielle pour que nous puissions continuer à vivre de nos métiers ».

A ce jour, la pétition compte 9 730 signatures, et ce chiffre augment à chaque minute.

Parmi les inquiétudes, se trouvent la substitution du CPFT (Compte Personnel de Formation de Transition) au CIF (Congé Individuel de Formation),  qui risque de ne plus être géré par l’Afdas et de ce fait, ne permettra plus de suivre des formations équivalentes à celles financées actuellement dans le cadre du CIF.

De plus, le gouvernement s’apprête à fusionner les futurs opérateurs de compétences (OPCO), dans le but de réduire leur nombre à 10 ou 15 (contre 22 aujourd’hui). Une incertitude plane quant au maintien de l’Afdas par le ministère du Travail : « Trop d'incertitudes et de menaces planent sur nos droits à la formation professionnelle ! Trop d'incertitudes planent sur le sort des écoles relevant de nos branches du spectacle, du cinéma, de l'audiovisuel, de la publicité, des loisirs, de la presse, de l'édition et de la distribution directe » écrivent les auteurs de la pétition.

Il faut savoir que  80% des demandes de CIF s’effectuent pour une reconversion professionnelle dans les champs couverts par l’Afdas…

Ils terminent en déclarant : « C’est pourquoi nous demandons instamment à Madame Pénicaud, Ministre du travail des réponses à nos interrogations. Nous lui demandons de préserver l’AFDAS et les mécanismes de formation que nous avons construits depuis plus de 45 ans et qui ont fait jusque-là leurs preuves ! C’est pour nous, artistes, techniciennes et techniciens, journalistes, salariés de la presse et de l’édition, personnel des filières administratives, de la communication, des loisirs, des relations avec le public, de l’accueil... une condition essentielle pour que nous puissions continuer à vivre de nos métiers. »

 Retrouvez le lien de la pétition ICI